Homéopathie & Pollution électromagnétique

 Pollution électromagnétique, électromagnétisme endogène et homéopathie

Madeleine BASTIDEMadeleine Bastide, Professeur Émérite,  Laboratoire d’Immunologie et Parasitologie, Faculté de Pharmacie de Montpellier.

Depuis Lucrèce dans son « De Natura Re­rum » (Lagache, 1997) jusqu’à Changeux dans son homme neuronal (1983) qui glorifient la pensée mécaniste et la toute puis­sance de l’objet, la science a toujours été désar­çonnée par la complexité de l’homme et par la coexistence de la pensée signifiante avec le monde moléculaire et ses régulations.

Allons nous arriver à « l’homme électromagnétique » ?

La tendance au réductionnisme est souvent bien tentante alors que le vivant se révèle justement riche par sa complexité.

Ce propos est construit en trois parties : la première va nous permettre de rassembler les faits, les observations, les résultats d’expériences prouvant que la santé de l’homme est liée aux notions d’électromagnétisme.

Dans la deuxième partie, nous allons tenter de construire un sys­tème de relations entre l’homéopathie, l’électro­magnétisme endogène et l’électromagnétisme exogène sous la forme d’une hypothèse, en rap­pelant cependant que l’organisme vivant appar­tient à un être de sens et constitue une globalité communicante.

Dans la troisième partie, cette hypothèse servira à interpréter ou à re-interpréter divers résultats expérimentaux.

Faits observés, résultats d’expériences

1- L’être vivant émet et reçoit des signaux électromagnétiques.

Les êtres vivants produisent une énergie élec­trique de quelques microvolts à quelques milli­volts que l’on peut capter et qui servent aux explorations cardiaques (électrocardiographie) ou cérébrales (électroencéphalographie).

Ces champs électriques de très faible intensité produi­sent à leur tour des champs magnétiques de très basse fréquence tels que pour le cœur : 0,05 nanoTesla (nT), ou pour le cerveau : 0,0001 nT (Santini, 1984).

L’appareil ultra-sensible permettant de mesurer ces champs est le SQUID (Super-conducting Quantum Interference Device). Il a permis en particulier de mettre en évidence les ondes a du cerveau, oscillations de grande amplitude et de très basse fréquence (environ 10 Hz).

On a pu, par exemple, déceler des variations du magné­tisme cérébral dix fois plus faibles déclenchées par des stimulations extérieures tels des sons, des stimuli sur la peau ou des éclairs lumineux.

Quand une impulsion nerveuse arrive dans le cerveau à la jonction de deux neurones (synapse), des neurotransmetteurs sont libérés et déclen­chent une impulsion de potentiel électrique de l’autre côté de la synapse : les champs magnéti­ques cérébraux seraient essentiellement dus aux courants post-synaptiques.

Ces ondes électroma­gnétiques de très basse fréquence et de très grande longueur d’onde (jusqu’à 1000 km) sont nommées « Extremely Low Frequency » ou ELF et « Very Low Frequency » ou VLF.

Ces longueurs d’onde bien supérieures à la dimension du corps humain font que les champs électriques et ma­gnétiques deviennent pratiquement statiques et peuvent être considérés comme séparés (Hyland, 1999).

De même, les champs externes peuvent aug­menter l’activité micro-onde interne car les orga­nismes peuvent emmagasiner cette énergie (Frô­lich, 1980).

L’énergie reçue peut ne pas être tota­lement transformée en chaleur ; une partie de cette énergie peut être canalisée en une vibration particulière, permettant une vibration synchroni­sée de l’ensemble des cellules identiques qui vibrent alors de façon « cohérente ».

L’ensemble des vibrations synchronisées des différentes structures de l’organisme va s’exprimer en une vibration « géante » qui acquiert alors une signification macroscopique.

C’est dans de telles vibrations cohérentes que l’énergie est stockée, chaque vibration étant caractérisée par une fréquence spécifique et chacune nécessitant un seuil minimum d’activité métabolique pour s’établir.

Il semble de plus en plus évident que les organismes vivants possèdent une gamme d’activité micro-onde caractérisée par leur fré­quence et leur seuil de puissance (Frôlich, 1980 ; Hyland, 1998).

La « niche » dans laquelle la vie s’est développée (surface de la Terre et ionos­phère) présente des champs électromagnétiques caractérisés par les « résonances de Schumann » dont les plus basses fréquences sont de 8, 14.1, 20.3, 26.4 et 32.5 Hz.

Les processus essentiels de la vie sont inter-connectés avec l’environnement de telle sorte que les rythmes externes et internes sont synchrones.

Toute modification électro-magnétique impor­tante de l’environnement va provoquer des dé-synchronisations qui peuvent déterminer soit des modifications métaboliques, soit des effets de désorganisation (Hyland, 1999).

 

2- L’être vivant est sensible aux pollutions électromagnétiques ionisantes ou non ioni­santes.

L’organisme vivant recevant des radiations électromagnétiques ionisantes peut manifester des modifications allant de la létalité à l’apparition de mutations (fréquence supérieure à 3. 106 GHz). De façon moins évidente, certaines radiations non ionisantes (UV, spectre visible, IR, RF, VLF et ELF) sont-elles capables de mo­difier le comportement biologique des organis­mes ?

Nous nous sommes personnellement intéres­sés à l’effet des radiations émises par les VDU (écrans de visualisation) et par les téléphones cellulaires type GSM (900 MHz).

Ces deux types d’appareils sont d’un usage courant et parfois très prolongé. Les VDU émettent tout le spectre ma­gnétique (réduit et contrôlé pour les hautes fré­quences) ; les émissions non contrôlées sont constituées principalement par les ondes VLF/ELF. Les téléphones cellulaires émettent des RF, contrôlés uniquement par l’adsorption et/ou l’échauffement (Specific Adsorption Rate ou SAR). Ils émettent également des ondes VLF/ELF.

Nous avons pu constater que l’utilisation en continu de ces deux types d’appareils auxquels nous avons exposé des oeufs de poule embryon-nés (jusqu’à l’éclosion soit 21 jours) provoque une augmentation de la mortalité tout à fait signi­ficative des embryons comparée à celle des té-moins non exposés (Youbicier-Simo & coll., 1998).

De jeunes poulets exposés aux VDU en continu ont également présenté une diminution significative du taux d’anticorps spécifiques de classe IgG, du taux plasmatique de corticostérone, d’ACTH et de mélatonine (Youbicier-Simo & coll., 1997).

Cet effet maximalisé par l’exposition en continu nous a permis ainsi de déterminer les cibles les plus sensibles des orga­nismes étudiés.

Les ELF émis par les téléphones paraissent éminemment pathogènes puisque un système d’arrêt des micro-ondes (grille métallique de maille déterminée) placé en protection, a peu diminué la mortalité des embryons soumis à l’action du téléphone (Youbicier-Simo & coll., 1998).

Les effets pathogènes des téléphones cel­lulaires font l’objet d’une forte polémique bien que le nombre des publications prouvant un effet biologique de ces appareils augmente depuis peu de temps. Des effets biologiques tels que la mo­dulation de l’activité ornithine-décarboxylase ont été montrés sur des cultures cellulaires in vitro (Byus & coll., 1988).

Un effet potentiel carcino­gène a été montré par Portier et coll. (1998), etc. .

3- Les dilutions homéopathiques dynamisées sont sensibles aux champs électro-magnétiques.

Le troisième élément de ce travail concerne l’homéopathie. La préparation de dilutions desti­nées à une administration « homéopathique » selon la loi des semblables comporte une étape cruciale dite de « dynamisation ». Cette étape, mystérieuse pendant longtemps, suggère depuis peu une mo­dification stable de nature électromagnétique du liquide (eau pure ou mélange eau et alcool) ser­vant à préparer les dilutions.

En effet, il a été montré. que de hautes dilu­tions d’histamine ne renfermant plus théoriquement de molécules perdaient leur activité sur le cœur isolé de cobaye après exposition à un champ de 50 Hz pendant 15 minutes (Hadji & coll., 1992).

Inversement, une activité de thy­roxine 30 D a été transmise par circuit électronique ou après digitalisation sur compact disque à des têtards pendant leur métamorphose modifiant significativement le passage au stade quatre pattes (Endler & coll., 1995 ; 1997).

L’analyse par RMN de hautes dilutions dy­namisées (Demangeat & coll., 1992, 1997) a mis en évidence des modifications dues à la dilu­tion/agitation expliquées a minima par la dissolu­tion de grandes quantités d’oxygène dissous.

Néanmoins, il faut insister sur le caractère de stabilité de l’état dynamisé des dilutions, ce qui sous-entend un phénomène plus complexe qu’une simple dissolution d’oxygène.

4- De l’eau pure diluée sur elle-même et dy­namisée peut provoquer des modifications biologiques mises en évidence dans certains modèles.

Ce que nous appelons le « solvant dynamisé » est de l’eau pure diluée par elle-même et dynami­sée. Dans un modèle d’immunodépression due à l’irradiation corporelle totale (TBI), des souris congéniques BALB/c, ont été traitées avant et ‘après irradiation par de l’eau de boisson renfer­mant de hautes dilutions d’un pool de 15 CH à 20 CH de thymuline, bursine et interleukine.

Notre but était de comparer le taux de mortalité des souris traitées par les hautes dilutions et celui des souris contrôles (irradiées non traitées).

Un groupe de souris traitées par un pool de solvant dilué et dynamisé de façon comparable aux dilutions actives a été réalisé à chaque expé­rimentation (10 expérimentations pendant une année).

Ce lot a donné des résultats complètement aléatoires montrant tantôt une protection significative des souris tantôt une mortalité sem­blable à celle du lot témoin irradié. II semble qu’un « nouvel état de l’eau » consécutif à la dynamisation ait modifié l’état physiologique des animaux traités (Guennounn & coll., 1997).

Cette observation a été rapportée également par d’autres expérimentateurs qui utilisent des modèles ,permettant de mettre en évidence l’effet de hautes dilutions de molécules du soi (molécu­les endogènes comme les hormones, des cytoki­nes, des médiateurs etc.)

Hypothèse de travail

La science ne peut se construire qu’à l’aide d’hypothèses.

On ne peut imaginer un modèle expérimental sans une construction théorique préliminaire qui tient compte des diverses obser­vations en les fédérant autour d’un concept. Les observations précédemment citées peuvent s’organiser autour d’une hypothèse unificatrice que nous formulons depuis de nombreuses an-nées et que nous avons désignée par « paradigme des signifiants biologiques » (Lagache, 1988, 1997, Bastide & coll., 1992, 1995, 1997, 1998, 1999).

Nous définissons la substance (souche ho­méopathique, molécule endogène, etc.) comme matrice de l’information. Nous supposons que la dissolution dans le solvant (eau ou mélange eau/alcool) associée à des dilutions et dynamisa­tions successives (agitations fortes verticales manuelles ou sur appareil) induit une transforma­tion de l’état du solvant qui conduit à deux résul­tats :

  1. Une information (élément non objet, non moléculaire, qui constitue la « trace » ou non moléculaire, qui constitue la « trace » ou « l’empreinte » de l’objet (Lagache, 1988), qui n’a d’existence que par le traitement d’un receveur capable de lire cette informa­tion. Le traitement le plus simple de cette information fait appel à la communication analogique (par information mimétique) mais à un niveau d’interprétation permettant la mise en place d’un mécanisme régulateur.
  2. l’apparition dans la solution diluée et dynamisée d’un support de l’information qui peut être de nature électromagnétique de faible fréquence (de type ELF ?) et de faible inten­sité jouant le rôle de transporteur de l’information. II convient de préciser que le support d’une information n’est pas l’information. Par exemple, l’empreinte d’un pied dans le sable est une in­formation reçue par Robinson Crusoé (le pied est absent, sa trace est dans le sable qui devient vec­teur de l’information).

Une fois traitée, cette information devient signifiante de la présence d’un autre homme sur l’île déserte. Dans cet exemple très simple, on voit bien que l’information n’est pas le sable mais qu’elle est portée par le sable.

De la même façon, l’encre et le papier ne sont pas l’information mais ils sont porteurs des mots dont la signification sera interprétée par le receveur. Dans notre modèle, l’onde électromagnétique n’est pas l’information mais elle la transporte chez le receveur qui va la traiter.

Le traitement le plus simple de l’information pour l’organisme receveur est comparable à la communication animale désignée par « communication analogique ».

Elle sera possible pour l’organisme receveur selon que la substance, matrice d’information, sera reconnue dans le cadre de la loi de similitude homéopathique, ou parce qu’elle appartient à l’organisme lui-même qui la reconnaît (effet physiologique).

Nous sommes en présence de deux éléments (le support et la trace signifiante) liés l’un à l’autre mais de fonctions différentes. Le support peut être éliminé : le coup de vent qui agite le sable et efface la trace du pied ; l’eau versée sur l’encre faisant disparaître les mots ; le phénomène physique d’interférence brouillant la propagation de l’onde électromagnétique : l’information ne peut plus alors atteindre le receveur et tout se passe comme s’il n’y avait pas d’information, d’où l’amalgame possible entre l’information et son vecteur.

En s’appuyant sur cette hypothèse de travail, une lecture de résultats expérimentaux est alors soit possible, soit nouvelle.

Nouvelle interprétation de divers résultats expérimentaux

Nous nous limiterons à l’interprétation de ré­sultats mettant en rapport l’homéopathie et les phénomènes électromagnétiques.

  1. La destruction du vecteur électromagnéti­que arrête la circulation des informations, donc leur traitement par l’organisme rece­veur.

Le modèle de Hadji (1992) qui montre qu’un champ de 50 Hz supprime l’effet biologique de hautes dilutions d’histamine peut être interprété comme suppression du vecteur qui empêche la diffusion de l’information.

  1. La transmission d’un effet physiologique de hautes dilutions peut se faire par enregis­trement du support électromagnétique.

Le modèle de métamorphose des têtards d’Endler & coll. (1995, 1997) propose un enre­gistrement sur CD de « l’information » thyroxine de la même façon que la pensée contenue dans des mots ou la musique sont transmises par des enregistrements. Cet exemple illustre particuliè­rement bien la notion d’information véhiculée par un support électromagnétique.

  1. « L’effet solvant » pourrait être lié à l’existence d’ « informations endogènes » na­turelles comparables à celle de la thyroxine capturée par le solvant dynamisé.

L’effet solvant décrit plus haut n’a été observé qu’avec des modèles permettant la mise en évi­dence de l’effet physiologique de hautes dilutions de molécules endogènes.

Par exemple, dans le modèle de poulet bursectomisé traité par de hau­tes dilutions de bursine (Youbicier-Simo & coll., 1993, 1996 a, 1996 b), les témoins normaux non bursectomisés et traités par le solvant dynamisé présentaient des variations d’anticorps significa­tives alors que les poulets bursectomisés traités par le solvant dynamisé avaient des taux d’anticorps comparables aux. animaux témoins simplement bursectomisés : on peut suggérer que les sujets entiers présentaient dans leur organisme des « informations » de diverses molécules actives (bursine naturelle, par exemple) dynamisées par les pulsations cardiaques.

Le « solvant dynamisé » pourrait capturer ces informations capables de modifier les réponses physiologiques. Nous avons remarqué que cet effet solvant est totalement aléatoire et variable d’une expérience à l’autre comme si la capture des informations se faisait de façon anarchique (Guennounn, 1997).

  1. Disparition des informations endogènes naturelles par les ELF émis par les VDU ou les téléphones cellulaires.

De la même façon qu’une information artifi­ciellement donnée à un organe par une haute dilution dynamisée peut disparaître par altération du support par un champ de 50 Hz (Hadji, 1992), les champs émis par les VDU ou les téléphones cellulaires peuvent interférer avec les ondes por­teuses naturelles qui ne peuvent plus permettre, par exemple, le développement de l’embryon de poulet (Youbicier & coll., 1997, 1998).

Or il sem­ble que cette étape de la vie (comme les méta­morphoses) soit guidée par un processus informa­tionnel comme nous avons pu le constater dans le modèle déjà cité des poulets bursectomisés.

En effet, l’ablation de l’ébauche de la bourse de Fabricius a été réalisée chez l’embryon de poulet le 3ème jour de la vie et le traitement par les hautes dilutions de bursine (pool de 15 CH à 20 CH) n’a eu lieu que deux fois, les 6 ème et 9 ème jours de la vie embryonnaire. Seule « l’information » bursine a été administrée aux embryons (aucune molécule n’était présente dans le pool de dilutions) ; les jeunes poulets ainsi traités ont présenté une activité anticorps spécifi­que normale, comparable à celle des poulets té-moins « entiers ».

Nous supposons donc que, au stade de l’embryogenèse, l’organisme pourrait être parti­culièrement sensible aux interférences agissant sur les ondes porteuses des informations endogè­nes.

5- Rétablissement des ondes porteuses natu­relles par un dispositif de protection consti­tué d’un oscillateur magnétique stabilisé par le phénomène de la succussion.

Nous avons pu observer un rétablissement to­tal de la normalité de développement des em­bryons de poulet soumis aux appareils cités plus haut en présence de ce dispositif. La succussion de la solution traitante conserve l’effet protecteur de l’oscillateur magnétique (Youbicier-Simo, 1998 bis).

6- Les systèmes électromagnétiques de traitement.

On peut alors mieux comprendre l’utilisation soit diagnostique soit curative de dispositifs élec­tromagnétiques servant à l’identification de re­mèdes homéopathiques.

Il peut s’agir d’une correspondance entre sujet sensible et informa­tion, vectorisée par un champ adapté au champ électromagnétique spécifique de l’individu.

L’information devient signifiante pour l’organisme du receveur qui est en mesure de la traiter.

Les champs électromagnétiques ont certainement une action fondamentale sur les êtres vi­vants, quoique encore très mal connue. Parmi. leurs activités, un rôle de médiateur de l’information en biologie pourrait être lié aux succussions rythmées soit naturelles dans la cir­culation sanguine, soit artificielle par la dynami­sation en homéopathie.

Nous pensons en avoir apporté quelques preuves dans un nouveau cadre de pensée qui souligne la capacité de réponse globale de l’organisme à des signifiants biologiques véhiculés par ces supports.

« Mais le pouvoir de l’image analogique ne se libère que sous l’effet du rythme. Seul le rythme provoque le court-circuit poétique et transmue le cuivre en or, la parole en verbe. » (Léopold Sédar Senghor, Éthiopiques, post‑face, p. 111, Seuil).

Références :

  • Bastide M.. A. Lagache, C. Lemairt-Misonne : Le paradigme des signifiants : schème d’information applicable à l’Immunologie et à l’Homéopathie, Revue Intern. Systémique, 9, pp 237-249,1995.a
  • Bastide M., A. Lagache : The paradigm of Signifiers, Alpha Bleue Publishers, Paris, 1992.
  • Bastide M., A. Lagache : Unité du savoir, pluralité des méthodes : une introduction à la compréhension de l’homéopathie. Esculape, N°9 : 2-12, 1997.
  • Byus C.V., Pieper S.E. and Adey W.R. (1987) : The effects of low-energy 60- Hz environmental fields upon the growth related enzyme ornithine decarboxylase. Carcinogenesis (Lond) 8, 1385-1389.
  • Changeux P. (1983) : L’ Homme Neuronal, Fayard, Paris.
  • Demangeat J. L., Demangeat C., Gries P., Poitevin B. , Constantinesco A. (1992) : Modification du temps de relaxation RMN 4 MHz des protons du solvant dans les très hautes dilutions salines de Silice/Lactose, J. Med. Biophys., 16 : 135-45.
  • Demangeat J. L., Gries P., Poitevin B. (1997) : Modification of 4 MHz N.M.R. water proton relaxation times in very high diluted aqueaus solutions, in Signal and Images, M. Bastide Ed, Kluwer Academic Publisher, Dordrecht, 95-110.
  • Endier P.C, W. Pongratz, C.W. Smith, J. Schulte. (1995) : Non-molecular information transfer from thyroxine to frogs with regards to `homeopathic’ toxicology, J. Vet. Hum. Tox, 37 : 259-260.
  • Frolich H. (1980) : Advances in Electronics and Electron physics. 53 : 85-152.
  • Guennoun M., Boudard F., Cabaner C., Robbe Y., Dubois J. B., Bastide M., (1997) : Radioprotective effect of immunomediators in total body irradiated BALB/c mice according to the season., Chronobiology International, 14 : 60 (Sup 1).
  • Hadji L., B., Arnoux and J. Benveniste, (1992) : Effect of dilute histamine on coronary flow of guinea-pig isolated heart. Inhibition by a magnetic field. FASEB, n°7040.
  • Hyland G. J., (1999) : The fundamental inadequacy of current safety limits govrerning public exposure to radiations from mobile phones and VDU mandates a new concept : electromagnetic biocompatibility.
  • Hyland G. J., (1998) : Engineering Science & Education Journal, 7 : 261-269.
  • Lagache A. : What is Information. Signal and Images, M. Bastide Ed. Kluwer Academic Publisher, Dordrecht, 279-292, 1997b.
  • Lagache A. : Lucrèce, Fantasmes et Limites de la Pensée Mécaniste, Alpha Bleue, Paris, 1997.
  • Lagache A. : Échos du Sensible, Alpha Bleue, Paris, 1988.
  • Portier C.J. and Wolfe M.S. (1998) : Assessment of health effects from exposure to power-fine frequency electric and ma­gnetic fields. NIH publication N° 98-398 1, NC.
  • Santini R. : Notre Santé face aux champs électriques et magnétiques. Sully Publ. Gordes. 1995.
  • Youbicier-Simo B.J.. Boudard F., Mekaouche M., Baylé J.D. and Bastide M. (1996 a) : A role for bursa Fabricii and bur­sin in the pineal biosynthetic activity in the chicken. J. Pineal Res. 21 : 35-43.
  • Youbicier-Simo B.J., Boudard F., Mekaouche M., Baylé J. D, and Bastide M. (1996 b) : Specific abolition reversai of pitui­tary adrenal activity and control of the humoral immunity in bursectornized chickens through highly dilute bursin. Int. J. Immunopathol. Pharmacol. 9 : 43-51.
  • Youbicier-Simo B.J., Boudard F., Mekaouche M., Bastide M. and Baylé J.D. (1993) : Effects of embryonic bursectomy and in ovo administration of highly diluted bursin on adrenocorticotropic and immune responses of chickens. Int. J. Immuno­ther 9 : 169-180.
  • Youbicier-Simo B.J., Boudard F., Cabaner C. and Bastide M. (1997) : Biological effects of continuous exposure of em­bryos and young chickens to electromagnetic fields emitted by video display units. Bioelectromagnetics 18,514-523.
  • Youbicier-Simo B.J., Lebecq J.C., and Bastide M. (1998) : Mortality of chicken embryos exposed to EMFs front mobile phones. 20 th Annual Meeting of the Bioelectromagnetis Society, St Pete Beach, Florida, USA., P 16 B.
  • Youbicier-Simo B.J., Lebecq J.C., and Bastide M. (1998 bis) : Damage to chicken embryos by ENWs from mobile pho­nes : protection by a compensation antenna. 20 th Annual Meeting of the Bioelectromagnetis Society, St Pete Beach, Florida, USA. P 17 A.

 

Vérification, mis en page, illustrations, Introduction, Liens hypertextes, pour la Société Savante d’Homoeopathie (Président : Docteur Didier Deswarte) par le Docteur Robert Séror, Médecin Homoeopathe généraliste émérite. (Décembre 2008)

 

Référence  : Homoeo-Dens, N° 29, octobre 2000, pages 28 à 33.

Remerciements au Docteur Janine Pons pour m’avoir fourni ce document.

Scan, vérification, MeP, colorations, illustrations : Dr RS. Jeudi 24 février 2005