BASCULEMENT VERS L’ERE DU VERSEAU

Au crépuscule du 21 décembre 2020, la brillante planète Jupiter souligne la plus discrète Saturne. Ce photomontage illustre la vision à l’œil nu de ce rapprochement exceptionnel. Crédit : Carine Souplet

Nous l’avions évoqué comme l’un des grands événements astronomiques de 2020 : le soir du 21 décembre, Jupiter et Saturne se retrouvent au plus près l’une de l’autre. Ce phénomène appelé grande conjonctionse produit tous les 20 ans, lorsque les deux plus grosses planètes de notre Système solaire se retrouvent dans la même portion de ciel.

Cet événement marque la fin de la saison d’observation 2020 de Jupiter et de Saturne. Rassurez-vous, nous pourrons à nouveau admirer ces magnifiques planètes l’été prochain, mais plus éloignées l’une de l’autre.

Pourquoi la grande conjonction a-t-elle lieu si peu souvent ?

Plantons tout d’abord le décor avec quelques chiffres : Jupiter, qui est éloignée de 780 millions de kilomètres du Soleil, effectue un tour complet autour de celui-ci en un peu moins de 12 ans. La planète Saturne se trouve quant à elle presque deux fois plus loin, à 1,4 milliard de kilomètres en moyenne de notre étoile et met presque 30 ans pour boucler un tour complet.

Taille comparée de Jupiter et Saturne le 21 décembre 2020. Onvoir les bandes nuageuses de différentes couleurs sur Jupiter et les anneaux de Saturne avec la division de Cassini. Comparaison des diamètres de Jupiter et de Saturne tels que nous pourrons les voir le 21 décembre 2020. La distance entre les deux planètes n’est pas respectée.

Lorsqu’une grande conjonction vient de se produire, il faut donc attendre 12 ans pour que Jupiter revienne à la même position dans le ciel. Mais la planète Saturne, pendant ce temps, avance elle aussi sur son orbite et il faut finalement huit années de plus à Jupiter pour la rattraper : voilà pourquoi la grande conjonction a lieu tous les 20 ans.

21 décembre 2020, une grande conjonction remarquable

Gravure montrant la position de la Grande conjonction par rapport au bandeau des constellations du zodiaque.

Cette illustration tirée du livre De Stella Novade Kepler montre la position des grandes conjonctions de 1583 à 1763 par rapport aux constellations du zodiaque. Les grandes conjonctions se reproduisent dans la même région du ciel tous les 60 ans, tout en se décalant légèrement.

Depuis le début de l’année 2020, nous observons déjà Jupiter et Saturne dans la même région du ciel. Cela a d’ailleurs donné lieu à plusieurs jolis tableaux lorsque la Lune se situait chaque mois dans ce secteur. Mais pourquoi en cette fin d’année, les deux planètes se rapprochent-elles davantage ? Tout simplement parce que quasiment au moment où Jupiter et Saturne sont au plus près l’une de l’autre sur leurs orbites respectives, la Terre se retrouve alignée avec les deux planètes géantes.

Un autre élément entre également en compte et rend la grande conjonction de 2020 vraiment spectaculaire : le 21 décembre, Jupiter, Saturne et la Terre sont alignées de façon presque parfaite ! Ce phénomène est très rare lors d’une grande conjonction car les planètes évoluant sur des orbites aux inclinaisons légèrement différentes, l’alignement est la plupart du temps plus approximatif et le rapprochement minimum beaucoup plus distant (jusqu’à deux fois le diamètre de la pleine lune). Une configuration aussi serrée (6 minutes d’arc, soit un cinquième du diamètre de la Lune) ne s’était pas produite lors d’une grande conjonction depuis 1623 ! Par chance pour les plus jeunes d’entre nous, il sera en revanche possible d’assister à nouveau à une grande conjonction aussi serrée que cette année… le 15 mars 2080.

Un spectacle à admirer tout au long de décembre

La grande conjonction 2020 se déroule au-dessus de l’horizon sud-ouest. Jupiter et Saturne étant des planètes brillantes facilement repérables à l’œil nu, il est possible de les localiser dès que le Soleil se couche. Saturne étant toutefois moins lumineuse que Jupiter, il est possible que vous ne voyiez que Jupiter si le ciel est encore clair. Aux latitudes équivalentes à celles de la France (45 à 50 °N), l’observation est possible dès 17h15 et idéale dès 18h. Attention, car les planètes ne sont déjà plus très hautes au dessus de l’horizon au crépuscule : privilégiez un lieu d’observation avec l’horizon sud-ouest bien dégagé.

Photo montrant la Lune, Jupiter et Saturne dans le ciel crépusculaire le 18 novembre. La Lune est en croissant avec la lumière cendrée, Jupiter est un point plus brillant que Saturne. Le 18 novembre 2020, les planètes Saturne et Jupiter étaient encore assez éloignées l’une de l’autre dans le crépuscule orné aussi d’un beau croissant de Lune. Image : Carine Souplet

Jetez régulièrement un coup d’œil aux deux planètes pendant la première quinzaine de décembre, car elles se rapprochent de façon spectaculaire de soir en soir : il est toujours amusant de le constater par soi-même ! Utilisez par exemple votre main et vos doigtspour mesurer leur écart à chaque observation. Dès le 12 décembre, le duo planétaire est écarté de moins de un degré.

Premier rendez-vous majeur : la Lune à proximité de Saturne et Jupiter le 17 décembre

Jeudi 17 décembre, ne manquez pas le passage du fin croissant de Lune à proximité des deux planètes. Jupiter et Saturne ne sont déjà plus écartées que d’un demi-degré (l’équivalent d’un diamètre lunaire). La Lune est un peu trop éloignée du duo pour que les trois astres soient observés ensemble aux jumelles 10×50. Utilisez donc cet instrument pour observer alternativement les deux planètes, puis la Lune ornée de sa lumière cendrée et admirez le spectacle global à l’œil nu.

La Lune est à l'est de Saturne et Jupiter. Saturne se trouve au dessus de Jupiter. Les deux planètes sont visibles ensemble dans une paire de jumelles.Position de la Lune, Saturne et Jupiter le 17 décembre 2020 à 18h (heure de Paris). Le cercle bleu représente un champ de six degrés, typique d’une paire de jumelles de type 10×50.

Le clou du spectacle : Saturne et Jupiter au plus près du 20 au 22 décembre !

Du 20 au 22 décembre, on assiste ensuite à un rapprochement serré qui ne s’était pas produit depuis près de quatre siècles : Jupiter et Saturne sont éloignées de moins de dix minutes d’arc, les deux planètes étant au plus près l’une de l’autre le 21 décembre à environ six minutes d’arc (la limite de séparation que l’œil nu peut percevoir entre deux points dans le ciel est d’environ une minute d’arc). Le photomontage au début de cet article peut donner une idée de l’aspect de cette grande conjonction à l’œil nu.

À l’œil nu, il faut voir la lumineuse planète Jupiter « passer » progressivement durant ces trois jours au sud de Saturne, à l’éclat beaucoup plus discret.

À l’aide d’une paire de jumellesde type 10×50, on devine la forme des planètes (ronde pour Jupiter, allongée pour Saturne entourée de ses anneaux) et il est possible de voir quatre satellites autour de Jupiter.

Avec une lunette astronomique ou un petit télescopeet un grossissement de 50 à 100 fois, le spectacle s’enrichit de la vision d’une à deux bandes nuageuses à la surface de Jupiter, de la vision des anneaux autour de Saturne et de son satellite le plus gros, Titan. Identifiez aussi l’étoile SAO188965 (ne la confondez pas avec un satellite !), point de repère intéressant pour noter le déplacement apparent des deux planètes sur le fond de ciel de soir en soir.

Enfin, les heureux possesseurs d’un télescope de plus de 150 mm de diamètre, en grossissant plus de 100 fois, pourront rechercher quelques satellites supplémentaires autour de Saturne (Dioné, Téthys et Rhéa). Pour cela, il est impératif de les rechercher le plus tôt possible en soirée, avant que le duo planétaire soit trop bas sur l’horizon et que la turbulence atmosphérique brouille les images. Pour ceux qui réussiront cette observation, ils pourront voir jusqu’à 10 membres de notre Système solaire d’un seul coup !

Les trois schémas suivants reproduisent la disposition des planètes les 20, 21 et 22 décembre lorsqu’on les observe avec un grossissement de 50 fois, ainsi que l’identification des satellites.

Représentation des planètes Jupiter et Saturne et leurs satellites avec un grossissement de 50 fois (à gauche) et agrandissement avec identification des satellites à droite, à la date du 20 décembre 2020.Les planètes Jupiter et Saturne le 20 décembre 2020 vers 18h (heure de Paris), avec une lunette ou un télescope grossissant 50 fois (à gauche). Jupiter et Saturne sont distants de 9 secondes d’arc. Pour identifier les différents satellites, aidez-vous de l’image de droite.Attention, l’orientation peut varier selon l’instrument employé.

Représentation des planètes Jupiter et Saturne et leurs satellites avec un grossissement de 50 fois (à gauche) et agrandissement avec identification des satellites à droite, à la date du 21 décembre 2020.Les planètes Jupiter et Saturne le 21 décembre 2020 vers 18h (heure de Paris), avec une lunette ou un télescope grossissant 50 fois (à gauche). Jupiter et Saturne sont distants de 6 secondes d’arc. Pour identifier les différents satellites, aidez-vous de l’image de droite. Attention, l’orientation peut varier selon l’instrument employé.

Représentation des planètes Jupiter et Saturne et leurs satellites avec un grossissement de 50 fois (à gauche) et agrandissement avec identification des satellites à droite, à la date du 22 décembre 2020.Les planètes Jupiter et Saturne le 22 décembre 2020 vers 18h (heure de Paris), avec une lunette ou un télescope grossissant 50 fois (à gauche).Jupiter et Saturne sont distants de 9 secondes d’arc.Pour identifier les différents satellites, aidez-vous de l’image de droite. Attention, l’orientation peut varier selon l’instrument employé.

Puis à partir du 22 décembre, en même temps qu’elles s’éloignent l’une de l’autre les planètes sont aussi de plus en plus basses sur l’horizon et deviennent rapidement inobservables. Elles restent toutefois à moins de un degré l’une de l’autre jusqu’au 30 décembre.

Que ce soit à l’œil nu, avec un instrument modeste ou avec un gros télescope, ne manquez donc sous aucun prétexte ce rendez-vous planétaire très serré qui ne se reproduira pas avant 60 ans.

Source : STELVISION ==>  https://www.stelvision.com/astro/21-decembre-2020-la-grande-conjonction-saturne-jupiter/